• Jilda Hacikoglu

Décalages


Entre ce qu'on voudrait et la réalité, les décalages s'intensifient.

A l'image de ce que vit le monde, le malaise s'installe dans nos quotidiens.

Au point qu'hier, ce choc du son de l'avion de chasse sur Paris m'a d'abord fait penser à l'Arménie ou Beyrouth. Une guerre ou une explosion accidentelle, voilà les surprises qui s'invitent dans nos vies désormais. 

A défaut de solution idéale, faire au jour le jour, à son échelle, 

là où nous choisissons de nous investir, est un début. 

Veiller sur ce qu'on veut préserver, quoiqu'il arrive, est vital aussi mais la période questionne beaucoup ces fondamentaux.

Au cœur de ces décalages voici donc quelques perches pour les garder en vue.


Communication non violente, une brèche


L'actualité aurait pu me retenir de partager ce post, écrit dans un état d'esprit différent du mien aujourd'hui.

Même plus soucieuse, il reste aussi vrai.

En ces temps sombres, comment ignorer ce qui apporte de la lumière ?

Si vous ne savez comment faire mieux que monter dans les tours ou étouffer votre colère, vous ronger d'inquiétude ou paniquer,

il y a par ici une perspective.

Une danse qui se fait à deux au moins,

et que je vous propose aussi de découvrir

en deux temps.





Décalages utiles


Les décalages ont aussi du bon.

Certains photographes se distinguent même en faisant ce 'pas de côté' qui révèle. 

Chez Doisneau cela donne une tendresse qui touche, ailleurs une beauté qui étonne, et souvent : une vision qui rapproche.

Quelles révélations vous sont apparues avec ces décalages ?

Si vous voulez les intégrer à votre nouvelle réalité, voyons comment faciliter votre chemin.

En coaching, formations ou mentoring d'écriture, il y a de quoi ouvrir votre champs des possibles...



Le coin des curieux heureux

  • Ce bonus rire 'out of the box', pour muscler vos zygomatiques, et détendre l'âme,



L'astuce du mois


Les frontières n'ont jamais semblé aussi fictives. Nous savons ce qui se passe au-delà, et elles sont même franchies plus facilement que jamais.

Dans cette disparition des limites, on peut chercher ses mots refuges, à titre tout personnel.


Se jouer des frontières pour éprouver les mots des autres langues, jusqu'à trouver ceux qui vous apportent un mieux-être. Et se les garder pour quand on veut.  

Que l'on connaisse une langue étrangère ou pas, nos 5 sens feront ressentir l'effet de ces mots. Même inconnus.


Ces sensations d'ailleurs vous ouvriront peut-être aussi de quoi inventer, ou vivre mieux.

Inspiré de cette chanson bilingue &

du classique mois des traducteurs arméniens


Jilda Hacikoglu Coach * Écrivaine * Formatrice De l'idée à l'action, pour bâtir vos nouveaux ponts

Coaching professionnel (ICF), formations en communications

et mentoring d'écriture



Pour une dose plus régulière de ces observations badines ou moins anodines, vous pouvez me suivre sur Twitter ou LinkedIn Si vous pensez à quelqu'un en lisant cette lettre, lui passer ce relais serait une bonne inspiration Pour recevoir les prochaines lettres (chaque 1er du mois) : Ajoutez votre email ici Cette lettre et les précédentes sont visibles en ligne sur le blog du site

©2018 by jh-coach.com